Image

Image

Les Mains dans le Tarot de Marseille, Mains Particulières

Les cartes dans le Tarot de Marseille représentent pour la plupart des êtres humains. Or le privilège de l’être humain est ses mains. C’est dire leur importance. Du coup vous comprenez qu’un détail comme la main a été particulièrement soigné par les concepteurs du Tarot de Marseille.

Découvrons le sens des mains particulières dans le Tarot de Marseille.

Clé du Tarot

Une main à part.

C’est la main droite du Diable. d’abord, ses mains sont les seules mains humaines du Tarot de Marseille à être griffues. Et sa main droite est l’une des rares mains à avoir des phalanges dessinées. Les doigts de la main gauche de La Reyne de Coupe sont en mutation vers la griffe: cette reyne, comme le diable, a de forts pouvoirs psychiques et sa main griffue symbolise le caractère animal, spontané de son intuition.

Mais ce qui rend le Diable unique est avant tout le signe de la main qu’il nous adresse. Les autres personnages des arcanes majeurs qui nous regardent en face ne cherchent à établir un contact qu’avec les yeux. Le Diable, lui, est le seul à doubler son regard d’un geste de la main. Il nous salue et ça nous fait froid dans le dos parce qu’il n’est pas n’importe qui et qu’ il fait peur. L’idée qu’il s’intéresse à nous est angoissante. Il a une si forte présence qu’on a l’impression qu’il va sortir de la carte pour entrer en nous.

Ses ongles longs sont des griffes pointues et ses doigts ont des renflements comme les coussinets propres aux canidés. Mais sous son apparence animale, cette main droite a bien les cinq doigts de l’être humain. A bien y réfléchir,ses griffes ne sont pas un risque d’agression sauvage, de blessures et de douleurs physiques. L’arcane du Diable raconte bien que nous sommes une proie, mais pas la sienne, celle de nos pulsions animales, sexuelles, qui doivent rester sous maîtrise sous peine de nous transformer en bête impudique et diabolique.

La familiarité amicale avec laquelle il nous interpelle nous dit: «Coucou, cher ami, nous sommes pareils et ce que tu vois en face de toi est ton image. Si tu ne veux pas me ressembler, change quelque chose à ta façon de vivre et de penser.».

L’aspect du Diable est une ruse de sa part, une mise en scène propice à notre prise de conscience. Car sous cette apparence se cache quelqu’un de particulièrement intelligent et logique. Les doigts noueux du Diable symbolisent sa profonde capacité d’analyse.

Les ongles longs,en chiromancie sont la marque de l’intuition et de l’imagination. Le Diable, donc, comme l’indiquent aussi ses ailes bleues,et ses cornes en connexion avec les messages venus d’ailleurs( de tout ce qui vit autour de lui et au-dessus de lui, des profondeurs de la terre aussi) est aussi un être d’une profonde intuition et d’une imagination intense.

Clé du Tarot

Des mains ambiguës.

Le pouce gauche du Valet d’Epée, dans la main qui tient l’emblème, est anormalement gros. Il attire notre attention sur l’ambiguïté sexuelle de ce valet: est-il une fille ou un garçon? La manière de tenir le lourd pommeau de l’épée, en présentant sa paume de face, la finesse gracile des doigts de l’autre main, la taille fine du personnage et son déhanchement nous ferait pencher vers la féminité de ce Valet. Il occupe ses mains avec un symbole féminin, le fourreau creux de l’épée, et avec l’épée dressée,symbole phallique par excellence. Le Valet d’Epée semble être quelqu’un qui hésite entre deux sexes, deux tendances, ou tout simplement quelqu’un qui pense à l’acte sexuel, à ce moment où deux corps se réunissent pour n’en former qu’un, mais qui détourne le regard car il n’est pas encore prêt.

Par sa main droite et par ce que cette main tient(le fourreau creux)le Valet d’Epée se recharge aux flux énergétiques,aux énergies telluriques, et par la main gauche et l’épée dressée vers le ciel, il capte les forces célestes.Il est à la recherche d’une harmonie intérieure.Il se sent à la fois homme et femme, il se demande s’il doit faire un choix ou accepter son androgynie.

Ce Valet, contrairement aux portraits sombres qu’on fait de lui, ne se prépare pas à trancher, sinon il tiendrait son arme d’une autre manière et surtout de l’autre main. En réalité, il tend devant lui son épée pour la montrer. Son intention est de nous présenter le côté de son épée qui est en partie fendu et creux,alors que le pommeau est massif. Le Valet d’Epée nous met sous les yeux quelque chose qui est à la fois fendu comme le sexe féminin et enflé comme le sexe masculin en érection.

Il a choisi la main gauche pour le faire. Celle des secrets, des émotions,de l’attente de ce que la fécondation va engendrer. La main droite tient l’étui vide,elle impose à ce second symbole féminin sa maîtrise et la conscience claire de son rôle de réceptacle où la vie va croître en toute sécurité.

Clé du Tarot

Les malformations des doigts.

Portez toute votre attention sur les mains gauches du Roy d’Epée, du Roy de Coupe et de La Reyne de Coupe.Pour le premier, à part l’index, les doigts de cette main sont atrophiés. Pour le deuxième,le petit doigt est tout mince, et enfin pour la Reyne l’auriculaire est anormalement long. Partons du principe que ces anomalies sont voulues. Ajoutons à ce groupe le Roy de Deniers et sa main minuscule à quatre doigts, et La Reyne d’Epée à l’index incomplet (à moins que son unique phalange soit le résultat d’une amputation).

Quelles significations ces anomalies prennent-elles?

-Le Roy de Coupe, ce grand gaillard, a l’auriculaire de la main gauche maigrelet, pointu et tordu alors que ses autres doigts sont larges. On pourrait dire au premier degré qu’il n’a pas besoin de se gratter les oreilles, vu qu’elles sont protégées par sa coiffe. Plus sérieusement, l’auriculaire sert symboliquement à se boucher les oreille pour mieux entendre ce qui se crée à l’intérieur de notre tête. Le Roy de Coupe n’en a pas besoin parce qu’il a trouvé un autre moyen de s’isoler des bruits du monde.

En chiromancie, un doigt pointu signifie le penchant pour l’idéalisme, les arts, une imagination parfois portée à l’utopie. Donc une petite part du Roy de Coupe est portée à la discussion plutôt qu’à l’action, une autre part est réservée à l’intuition.

Cette interprétation est étayée par le pouce de sa main droite, qui est également pointu et dénote son envie d’esthétisme dans ce qu’il entreprend. Les autres doigts, coniques, sont signe d’un équilibre entre le matérialisme et l’intellectualisme.

L’auriculaire, ou doigt de Mercure est le doigt de la sociabilité, de la diplomatie. Le Roy de Coupe est quelqu’un de bon, de tendre et de généreux, mais il ne donne pas à n’importe qui.

  • Chez le Roy d’Epée, trois doigts de la main gauche sont anormalement petits. L’index est long, il est le doigt qui commande, qui entretient la protection et rend l’esprit clair. Ce roi envisage avec facilité son avenir. Les autres doigts, courts, signifient un certain manque de diplomatie, mais aussi le désintérêt pour les honneurs et le luxe.
  • La Reyne de Coupe possède un auriculaire trop long. C’est d’ordinaire le doigt assez petit pour se glisser dans l’oreille et auquel la sagesse populaire attribue le pouvoir de dire les secrets des autres. Visiblement on ne peut rien cacher à cette reine. C’est aussi le doigt qui lui permet avec efficacité de s’isoler des bruits du monde extérieur, afin d’écouter ses voix intérieures.
  • Le pouce gauche du Roy de Deniers est atrophié. Très court, il est le signe que le sentiment domine la logique et le raisonnement. Sa minceur indique que c’est un intellectuel.
  • Quant à La Reyne d’Epée, l’index ne compte qu’une phalange. Cette phalange manquante en chiromancie est celle des plaisirs matériels et quand elle est courte elle dénote un manque d’intérêt pour les sentiments. La Reyne d’Epée est une femme froide et sévère.

Clé du Tarot

Les mains à quatre doigts.

Notez la bizarrerie dans le Tarot de Marseille qui consiste à dessiner des mains à quatre doigts chez l’Hermite dans la main qui tient la lanterne, chez La Justice dans la main qui tient l’épée, chez Le Mat dans les deux mains et chez XIII dans la main gauche qui aide à tenir le manche de la faux. Nous ne parlons pas ici de doigts naturellement cachés à cause de la position de la main,comme ceux de La Reyne de Coupe et du Roy de Deniers, ou mal colorés,comme le pouce du Diable. Le doigt absent est vraisemblablement l’auriculaire.

Pourquoi ce choix de dessiner seulement quatre doigts dans ces cartes-là? Car apparemment aucun dénominateur commun ne réunit ces arcanes où chacun a une personnalité et des intentions différentes. Par exemple, le mont de Vénus visible dans la main du Mat montre la richesse de ses sentiments et de sa vitalité. Les doigts raides de XIII indiquent un caractère intransigeant. Les doigts fins de l’Hermite montrent que le côté intellectuel l’emporte chez lui sur le matérialisme. Et les doigts souples de la main gauche de La Justice indiquent sa volonté de soupeser, de discuter, avant ses prises de décision.

Malgré tout le point commun le plus évident entre ces arcanes est leur implication dans ce qu’ils font. Les mains tronquées sont puissantes malgré leur amputation.L’extrémité des doigts est conique, dénotant un équilibre entre les domaines matériel et intellectuel, propre à assurer la réussite dans ce que chacun entreprend.

L’absence d’auriculaire chez les quatre personnages est-elle la preuve de leur volonté de masquer en partie leur personnalité, par souci de discrétion? Alors ce serait le cas de l’Hermite. Cette absence fait-elle d’eux des êtres à part? C’est le cas des quatre. Le petit doigt indiquant dans certains cas la ruse, l’aisance dans la parole qui permet de tromper,son absence indique-t-elle l’authenticité, la sincérité? Ce serait le cas de La Justice. Le petit doigt qui s’écarte des autres doigts étant le signe d’une personnalité indépendante et originale, peut-on dire qu’un auriculaire absent est le signe encore plus fort d’une personnalité hors normes? C’est surtout le cas du Mat et de XIII, qui avancent seuls d’un pas décidé sur des chemins que bien d’autres éviteraient.

Clé du Tarot

L’absence de mains dans une carte.

Pas d’être humain, pas de main. Pourtant le résultat du travail des mains est là pour rappeler ce que l’homme sait faire, dans les arcanes majeurs du Tarot de Marseille exemptes d’être humain: la Roue de Fortune (X) et La Lune (XVIII).

Ces cartes parlent de la trace sous la Lune que laisse la main de l’homme, avec les tours et le bassin rectiligne. Et la machine de la Roue ainsi que le sol sous elle, creusé de sillons sont les résultats de la main du laboureur et du menuisier.

On a l’impression en regardant ces cartes qu’elles veulent remettre l’homme à sa place. Par exemple la Lune nous dit ce que les hommes doivent rester modestes dans leur fierté quand ils s’enorgueillissent de ce qu’ils construisent et de leur habileté à tirer du sol des bienfaits. Car ils ne peuvent rien contre l’influence de la lune, des rêves, de leurs affects et de ce qui vit au fond d’eux.

Dans un tirage, les cartes de la Lune et de la Roue diront au consultant qu’il est soumis à des lois naturelles et astrales contre lesquelles il lui faut s’armer autrement qu’avec des constructions matérielles ou de l’autosatisfaction mal placée. La Lune et la Roue lui affirment qu’il doit remettre en question la croyance qu’il est invincible et que ce qu’il bâtit matériellement est indestructible. Ces cartes lui disent aussi qu’il ne peut pas tout diriger (lui comme le reste) par la raison.

Mais la manivelle, dans la Roue de Fortune, inventée par la main de l’homme, signifie dans un tirage que nous pouvons prendre la direction de notre destin. Et le mouvement ascensionnel de l’écrevisse, qui symbole la venue à la surface de notre inconscient signifie que si nous apprenons à nous connaître, notre vie sera changée. Le Tarot de Marseille nous invite donc à utiliser notre esprit à la place de nos mains et à pratiquer la méditation au lieu de nous lancer dans des actions.
6-Pourquoi certaines mains sont présentes mais cachées.

Dans certaines cartes on sait que les deux mains d’un personnage sont présentes mais on ne les voit pas. Par exemple le Pendu (XII) et les diablotins dans la carte du Diable (XV) ont leurs mains dans le dos. Cette posture, si nous tirons ces cartes, signifie que nous sommes réduits à l’inactivité physique, volontairement ou pas. Si la carte nous conseille une pause, dans quel but le fait-elle?

Le Pendu fait une pause volontaire parce qu’il sait qu’elle est nécessaire. Il se consacre entièrement à l’activité cérébrale. Avec la carte du Pendu dans un tirage nous sommes invités à l’introspection et à la réflexion car notre vie (sentimentale, professionnelle…) ne prend pas les tournures que nous souhaiterions. La carte nous invite à avoir la sagesse de faire le point logiquement et émotionnellement avant d’entreprendre quoi que ce soit. Elle insiste aussi sur la priorité à donner à notre voix intérieure. Le Pendu nous certifie que grâce à cette pause nous trouverons des solutions aux changements à apporter à notre vie amoureuse, professionnelle, spirituelle, etc.

Les petits diables de la carte du Diable représentent un autre cas de figure. Ils sont privés de leur liberté. Le Diable explique que parfois nous nous infligeons nous-mêmes cet état quand nous devenons esclaves des pulsions de notre chair, ou quand un problème nous obnubile au point de nous priver de notre libre-arbitre et de notre clarté d’esprit. D’autres fois les mains attachées dans le dos et réduites à l’inaction signifient que nous sommes entièrement soumis à la volonté d’un autre. La carte nous encourage à nous libérer en agissant.

Clé du Tarot

Conclusion

Comme l’écrit Tchalaï dans son livret qui accompagne l’édition Grimaud de L’Ancien Tarot de Marseille datée de 1981, les petits détails comptent énormément, parce qu’ils «se grouperont pour fournir le modèle de base ou l’empreinte énergétique de la carte». Une partie de cette empreinte est bien sûr attribuable aux mains dans ce Tarot.

Mais il faut une bonne dose de persévérance pour traquer la signification de ces mains souvent surréalistes. Il est difficile de trouver des repères de sens en établissant des rapprochements entre ces mains et la réalité quotidienne du Moyen Age, même quand elles accomplissent des fonctions courantes comme la tenue d’un bâton de marche, d’une cruche, d’une rêne,d’une lanterne… Car chaque scène représentée dans les arcanes est une scène symbolique traitée avec une rudesse certaine du trait et de la couleur, un tel mépris des perspectives et des proportions et une telle multiplication des signes allégoriques qu’on s’y perd.

Plus d’une fois, nous nous posons la question de savoir si telle ou telle déformation des mains est le simple résultat de la maladresse du dessinateur. Mais si l’on veut être un interprète sérieux des cartes du Tarot de Marseille, il faut faire confiance en ses concepteurs successifs et croiser sans cesse la logique et l’intuition, le raisonnement et le lâcher-prise pour toucher aux significations possibles, souvent multiples de ces mains. Nous devons réagir devant les cartes comme devant les tableaux des peintres modernes.

Clé du Tarot

Conseil du Jour

L’étude comparative des mains est féconde en sens. Alors prenez deux ou trois cartes et posez-les côte à côte. Comparez les mains entre elles. Etablissez ensuite un rapport entre les mains et les visages, les postures des personnages, leurs accessoires. Tout n’a pas été dit dans cette page sur les mains, et vous avez encore beaucoup à trouver.

Si cet exercice ne vous tente pas, alors prenez les cartes les unes après les autres et comparez vos propres mains à celles des personnages. Qui sont vos doubles dans le Tarot de Marseille?