Histoire  du Tarot - Antiquité et Moyen-Age

Histoire du Tarot - Antiquité et Moyen-Age

Histoire du Tarot
Antiquité et Moyen-Age

Avec la première partie de l’histoire du Tarot (« Les Origines »), nous avons vu combien il est difficile de remonter au tout premier tarot; les échanges entre populations, les voyages, les brassages de populations… brouillent les pistes du tarot. Personne pour l’instant ne connaît ni le lieu ni l’époque de la première création du tarot.

Les obstacles sont nombreux: la méconnaissance du but dans lequel le tarot a été créé; la quasi absence d’informations écrites anciennes sur le tarot; l’absence des premières cartes de tarot; et la thèse d’une création du tarot collective, donc anonyme, ce qui rend impossible la remontée à la source du tarot. La création première du Tarot est encore un mystère irrésolu. Malgré tout, allons de l’avant. Car à défaut d’avoir une preuve matérielle du premier tarot, les archéologues ont découvert quelques repères sûrs concernant l’histoire des tarots.

Clé du Tarot

Le Livre de Thot

On a coutume de rapprocher du Livre de Thot (1) de l’Ancienne Egypte le tarot connu en Europe dès le Moyen Age. La symbolique des cartes du Tarot serait identique à celles de ce livre.

Le livre de thot serait le livre le plus important et le plus mystérieux jamais écrit. Il nous vient du temps des pyramides. S’il a jamais existé, il se présenterait comme un « volumen » (mot latin pour désigner les livres qui sont faits de pages assemblées par le côté, qu’on lit en les déroulant car les pages sont enroulées autour d’un bâton ).

Pour compléter l’utilité de son livre, Thot, dieu égyptien aurait inventé les lames du tarot. Le livre de Thot primitif (à ne pas confondre avec un livre du même nom écrit des siècles plus tard en France), montrerait les vingt-deux arcanes majeurs présents dans le tarot de Marseille, assorties de conseils pour bien les lire.

Thot est dans l’Egypte antique un dieu représenté sous deux formes coexistantes: celle d’un homme à tête d’ibis, et celle d’un babouin. L’ibis est le calme et la majesté, le babouin est un sage. On les retrouve peintes sur les murs des temples et des pyramides ou sculptées en -bas-relief. Thot a choisi ces apparences pour communiquer avec les hommes.

Il est la plus importante divinité égyptienne. Il est le dieu de la Sagesse et de la Connaissance.Il est celui qui relaie les messages de tous les dieux. Il écrit ces messages et les conseils que les dieux donnent aux mortels dans son grand livre.

Thot connaît les secrets des mécanismes de l’Univers, le langage des animaux, il sait les liens invisibles qui relient l’homme au monde vivant qui l’entoure et au Cosmos. Il explique les voies de la Sagesse.Il communique la Connaissance aux humains. Il permet à l’homme de connaître sa place et ses pouvoirs au sein de l’univers. Ses écrits composent le « Livre de La Vie ».

Ce livre contiendrait aussi des explications sur la manière de lire les cartes qu’il a inventées. Thot confère aux hommes le pouvoir d’être des magiciens et des devins. On voit par exemple sur un papyrus conservé à Turin un pharaon combattant avec les armes de la magie.

Le temps passe. Les Grecs anciens, avec Alexandre le conquérant ,s’emparent de l’Egypte et découvrent la richesse de sa civilisation et de ses connaissances.
Les Grecs associent alors Thot à leur dieu Hermès et ils mêlent culture égyptienne et culture grecque.Le livre d’origine disparaît (il est perdu ou détruit). Il est remplacé par une nouvelle version, écrite en grec, qui mêle la pensée égyptienne à la pensée grecque. C’est le « Corpus Hermeticum ».

Plusieurs siècles plus tard, c’est au tour des Romains, les nouveaux maîtres du bassin méditerranéen d’assimiler la culture grecque, et de s’emparer du Grand Livre pour le traduire. Mais une religion nouvellement née vient saper les fondations de leurs croyances: le christianisme. Quand cette religion est reconnue comme religion d’État, les écrits païens sont interdits.

Ce n’est pas pour autant que le souvenir du Corpus Hermeticum tombe dans l’oubli . Une nouvelle révolution s’opère dans la pensée occidentale, au 14° siècle, avec le grand mouvement de la Renaissance, en Italie.Les Européens manifestent soudain un intérêt fervent pour l’Antiquité et ses préceptes culturels antérieurs au christianisme.

On redécouvre le Corpus Hermeticum. Les Italiens sont d’autant plus avides d’en lire les écrits que l’Église catholique,corrompue, prête le flanc aux critiques.On a soif d’une autre inspiration religieuse, plus pure et d’une vision de l’homme plus noble.

Les Italiens vont trouver dans la version grecque du Livre de Thot traduite en latin des réponses à leurs questions existentielles.La religion catholique fait de l’homme une créature laide et déchue, le Livre de Thot en fait un être à mi-chemin entre l’animal et les anges, il lui donne des pouvoirs divins de création. L’homme devient acteur , il est maître dans l’art de la beauté.

Puis c’est l’époque de la naissance de la franc-maçonnerie, en Angleterre, qui s’inspire des rituels et des connaissances en mathématique des Grecs anciens. Notons par exemple le rituel d’accueil des novices pratiqué par les francs-maçons, celui de la renaissance, après une mort symbolique. Ils utilisent le Livre de Thot, et en font plusieurs autres versions.

Paris, à la fin du XVIII° siècle:un engouement pour l’Egypte ancienne s’empare de l’intelligentsia française et se propage. Napoléon s’est approprié l’Egypte et bat les Turcs. Il ramène dans ses bagages des splendeurs qui émerveillent . Les hiéroglyphes sont une énigme à résoudre. Les jeux de cartes que les soldats rapportent deviennent le passe-temps favori. L’imprimerie, qui a démocratisé le tarot , met sur le marché plusieurs versions du tarot, au gré des cartiers et des progrès des machines d’impression.

Un franc-maçon, Court de Gébelin, savant respecté fixé à Paris, observe les cartes du tarot et y voit un rapport avec les hiéroglyphes. Il est le premier à émettre l’hypothèse que le savoir contenu dans le Livre de Thot est représenté sous forme imagées dans les cartes du tarot . Il va même plus loin: le Livre de Thot n’est pas un livre , C’EST le jeu de tarot car les cartes peuvent se LIRE. «Tarot» viendrait de l’égyptien, «tarar», qui signifie «la route royale» c’est à dire la route vers la Connaissance. Les arcanes majeurs du tarot tracent le chemin de vie de l’homme, depuis ses débuts dans la vie autonome jusqu’à l’atteinte de la félicité .

Alliette relaie l’hypothèse de Gébelin. Il prend le pseudonyme d’Etteilla (c’est son nom lu à l’envers) et redessine les cartes des Tarots de Marseille en vigueur en France. Il y introduit de temps en temps des détails propres à l’Egypte ancienne. C’est le Tarot d’Etteilla, appelé aussi Nouveau Livre de Thot.

Etteilla,qui a laissé plusieurs manuels de divination, est le premier tireur de cartes célèbre. Après lui, les créations de nouveaux jeux de tarot vont foisonner dans tous les pays d’Europe.

Thot n’a pas disparu: on le retrouve sous la forme d’un «être transparent», en 1904, en Egypte. Aleister Crowley (2), un Anglais qui se prenait pour un grand magicien, dit avoir reçu des révélations de cet être durant son voyage au pays des pyramides, qui lui a dicté pendant trois jours ce qu’il devait écrire, faisant de lui le messager des dieux. Crowley avait la conviction que cette divinité était Thot.

Crowley répand autour de lui une série de grands principes qu’il dit avoir hérités de Thot lui-même. Il écrit à sa manière un nouveau livre de Thot, qu’il intitule Le Livre de la Loi, dans lequel il affirme par exemple que «Chaque homme est une étoile» c’est à dire que chacun est apte à trouver son orientation. Ou chacun ici-bas a le droit d’agir selon sa volonté, ses désirs. Crowley prône la liberté sexuelle et l’usage de la drogue. Plus tard, la génération soixante-huitarde reprendra ses idées avec le mouvement New Age.

Thot a appris à Crowley que pour l’homme qui a confiance, rien n’est impossible, il transcende toutes les époques, il est immortel et comprend tout. Crowley met en avant les possibilités de notre conscient, de notre intellect et de notre esprit.

Faisons un bond au XXI° siècle. Le Livre de Thot authentique n’est toujours pas retrouvé.Mais subsistent des fragments, récemment découverts, de papyrus écrits dans les deux langues grecques que sont les hiéroglyphes et la démotique.Le voile sur le mystère qui entoure le Livre de Thot est peut-être soulevé.Depuis Champollion nous savons déchiffrer les hiéroglyphes et la démotique. Sur ces fragments de papyrus assemblés, les hiéroglyphes font des références explicites au livre de Thot et à la magie.

Il ne faut pas comprendre le mot «magie» avec le sens que nous lui donnons aujourd’hui. La magie n’était pas des actes hors du commun.Pour les Egyptiens, c’était les clés pour comprendre le monde invisible, les saisons, le jour et la nuit,les maladies …et les rituels pour se protéger contre les dangers mortels. Le Livre de Thot apportait donc aux hommes des connaissances sur ces mystères, et aussi des prières de protection.

Mais dans aucun des papyrus découverts depuis plus de 100 ans, les égyptologues n’ont repéré de références à l’existence d’un jeu de tarot.

Le Livre de Thot lui-même n’a certainement jamais existé sous forme d’objet.Ce serait tous les textes religieux égyptiens écrits sur plusieurs générations, éparpillés sur plusieurs papyrus indépendants. (Nous citons comme référence l’excellente l’émission de Planète + sur youtube , intitulée « A la recherche du livre de Thot»)
Donc, le Tarot Originel ne vient pas de l’Egypte ancienne.

Clé du Tarot

Les Mamelouks d’Egypte

On constate des ressemblances entre les jeux de tarot européens et les cartes à jouer orientales (3) des Mamelouks que l’on a en notre possession. Les Mamelouks d’Egypte, à la fin du 9e siècle, auraient amené en Europe leurs cartes.

On suppose donc que les arcanes mineurs du tarot de Marseille, avec leurs deniers, coupes, épées, et bâtons, sont une adaptation des jeux de cartes du monde musulman ancien. Adaptation réalisée par les cartiers français, à la fin du 15e siècle.

Les Mamelouks étaient à l’origine des esclaves recrutés parmi les enfants pris comme butin de guerre dans les pays non musulmans. Ces enfants , triés sur le volet, recevaient une éducation religieuse et militaire.Les plus doués devenaient les membres d’une milice mise au service des souverains musulmans. A l’âge adulte, affranchis, ils devenaient des cavaliers redoutables à la guerre.

Les Mamelouks ont par exemple combattu durant les Croisades et leurs descendants ont affronté les soldats de Napoléon.

Les Mamelouks sont l’exemple surprenant d’esclaves qui se transforment un jour en sultans: après avoir renversé le pouvoir, ils ont régné sur le Caire entre 1250 et 1517. Des hommes d’origine turque ont régné sur les Egyptiens.

Pendant plus de deux siècles, les Mamelouks ont défendu les provinces les plus prestigieuses de l’Empire d’Islam (l’Egypte, la Syrie) et ils ont protégé les lieux saints d’Arabie: Médine, Jérusalem et Hébron.

Mais ce qui fait dire que les Mamelouks sont ceux qui ont apporté dans d’autres pays les cartes du Tarot, c’est leur sens du commerce avec toutes les nations du monde et leur volonté de réaliser l’épanouissement des lettres et des arts arabes.

L’Inde était le passage obligé de tout ce qui venait d’extrême-Orient, de Chine…Les Mamelouks ont eu des contacts avec les Chinois et avec leur invention des dominos, ancêtre des jeux de cartes (les dominos étaient sous forme de cartes et non de jetons). Peut-être se sont ils inspirés de ces dominos.Les cartes à jouer viendraient donc via les Mamelouks du monde indo-musulman.

Un document retrouvé datant de 1379 à Viterbe en Italie spécifiait qu’un Maure avait vendu à un marchand italien un jeu de cartes.

Ce que les gens d’époque nommaient «jeu des Maures» ne venait pas des Turcs. On en a retrouvé 49 cartes, comportant des écritures en termes arabes comme «malik» qui signifie roi et «naib» qui signifie vice-roi ou sorcier.Mais en arabe, «naib» s’écrit «nabi». Et les cartes représentant l’emblème de l’Epée auraient dû être des cimeterres à lame courbe au lieu d’être une épée à lame droite.

En fiat le terme de« Maure» ou de «Sarrasin» s’appliquait à toute personne habillée à la façon des Turcs.On suppose donc que les Italiens d’autrefois désignaient sous ces termes les Bohémiens habitant dans la Petite Egypte, dans le Péloponnèse grec, qui se vêtaient ainsi.

Clé du Tarot

Les Bohémiens, les Celtes, les Cathares

Les bohémiens.

Venus d’Inde, il y a des siècles, les Bohémiens auraient introduit en Europe leur carte de divination. Certains supposent que ce peuple, à l’époque sédentaire, seraient passé par l’intermédiaire des Arabes (auxquels ils auraient fait découvrir leurs jeux de cartes).

Ces suppositions ne sont pas vérifiées. Elles sont influencé par les Bohémiens plus tardifs qui passaient sur les chemins avec leurs roulottes et proposaient la bonne aventure par les cartes aux quidams.

Les celtes.

Les celtes auraient amené le tarot lors de l’occupation d’une grande partie de l’Europe ancienne, au 2é millénaire. Supposition qu’il faut prendre avec précaution.

Les cathares.

Faisons un bond dans le temps. Le jeu de tarot serait un artefact crée par les cathares, dans le midi de la France, au 10e ou 11e siècle de notre ère, à Toulouse, Carcassonne, Foix, Béziers. Persécutés par l’Eglise, les Cathares auraient inventé une sorte de langage codé fait d’ images chargées de symboles, pour transmettre leurs croyances.

Clé du Tarot

La Religion Catholique

Nous arrivons maintenant en terrain plus sûr. Des analogies à foison sont possibles entre les figures des arcanes majeurs du Tarot de Marseille et ce qui a trait à la religion catholique au Moyen Age ou à la vie quotidienne.

On voit dans les lames majeures et mineures du Tarot de Marseille l’influence de l’Eglise. Des gens d’Eglise de l’époque médiévale, en Europe, peut-être en France ou en Italie, auraient inventé des images (plus tard regroupées dans les jeux de tarot) propres à donner des leçons de sagesse et de respect religieux aux communs des mortels. Les moines copistes auraient permis la divulgation de ces cartes en étant nombreux à les peindre à la main. Le peuple , qui se servait du tarot pour jouer, aurait ainsi reçu une éducation religieuse et une connaissance de la vie via un jeu.

C’est vrai que l’imagerie des cartes de Tarot de Marseille est semblable à celle employée dans les constructions religieuses entreprises à l’époque médiévale.Les Compagnons du Moyen Age, grands constructeurs de cathédrales, avec leurs vitraux, leurs statues, ont fait de la culture sacrée une culture artistique de haut niveau.

Voici quelques analogies entre les productions des bâtisseurs de cathédrales et les lames du tarot:

  • Les personnages mi-homme, mi- bêtes de l’arcane de La Roue (Arcane 10) sont les frères des gargouilles.
  • Les termes «maison dieu» (traduisez dans le français d’aujourd’hui «la maison de dieu»), «pape», «diable», «jugement», appartiennent au vocabulaire religieux.
  • La couronne de feuilles entourant la jeune fille de l’arcane du Monde(XXI) est semblable aux mandorles. Les mandorles sont des gloires ovales (des auréoles lumineuses) entourant l’image du christ triomphant.
  • Les fioritures feuillues et fleuries des arcanes mineurs correspondent aux frises mettant en valeur les tympans des églises. La ressemblance par exemple, avec les frises des tympans de l’église romane du 12e siècle de saint Michel, en Charente, est frappante. Le tympan est la surface comprise entre le linteau et l’arc du fronton.
  • Les coupes des arcanes mineurs sont calquées sur les coupes ciselées par les maîtres artisans pour le service des messes, propres à contenir le sang du Christ. Aux 12e et 13e siècles, de nombreux romans de chevalerie racontent la quête du graal (vase qui aurait servi à Jésus Christ pour le repas de la cène, et dans lequel Joséphine d’Arimathie aurait recueillie le sang qui coula de son flanc lors de la crucifixion).

Clé du Tarot

La Vie Quotidienne Médiévale

Le Tarot de Marseille puise aussi son imagerie dans la vie quotidienne médiévale.

Les blasons. Cet autre rapprochement permet d’établir que les arcanes du Tarot de Marseille ont été créés ou remaniées au moment du Moyen Age.Des écus ornés de blasons étaient portés par les chevaliers à la guerre ou en tournoi, dans la première moitié du 12e siècle. Les armoiries, c’est-à-dire les ornements qui composent un blason, étaient propres à une famille, un fief, etc. Ces ornements se retrouvent dans beaucoup de cartes du tarot de Marseille.

Le pendu, le bateleur, l’ermite, les jeunes filles (habillées et non nues) allant puiser de l’eau des cruches, etc. font partie des personnages de la vie quotidienne que les jeux de tarot représentent.

Les chevaliers et valets des arcanes mineurs suivent la hiérarchie de la caste supérieure de la société médiévale.

Encore une fois, rien ne prouve que toutes ces marques dans le tarot de Marseille, propres aux temps médiévaux, soient d’origine. Les lames d’un tarot plus ancien ont peut-être été retouchées, redessinées, en fonction des canons artistiques et des traditions de l’époque.Ces images familières aux gens des temps médiévaux seront le point de départ du tarot de Marseille dessiné par Nicolas Conver, en 1760.

Clé du Tarot

Conclusion

Un véritable dédale.

Il faut partir du principe que les tarots de Marseille que nous possédons aujourd’hui sont passés par de nombreuses modifications. A moins de trouver des cartes inconnues à ce jour plus anciennes que celles que possèdent les collectionneurs et les musées,ou des documents anciens parlant du Tarot,nous en sommes réduits à des suppositions très diversifiées sur le plus vieux tarot du monde.

Les puristes Camoin et Jodorowsky ont fait un gros travail pour rétablir les couleurs et les détails les plus anciennement connus, grâce en particulier à des jeux en leur possession. Malgré tout, le tarot de Marseille le plus connu avec celui de Camoin, L’ancien Tarot de Marseille publié par Grimaud, est resté populaire depuis 1930 parce qu’il frappe fortement l’imagination par le contraste primaire de ses couleurs.

Clé du Tarot

Références

(1) Le Livre de Thot, https://fr.sputniknews.com/societe/201402111022750040-livres-maudits-le-livre-de-thot/, page consultée le 19/09/2019

(2) Alexander Crowley, https://fr.wikipedia.org/wiki/Aleister_Crowley, page consultée le 19/09/2019

(3) Hypothèses alternatives sur les origines et les évolutions historiques des jeux de cartes de tarot, https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_cartes_de_tarot#La_th%C3%A9orie_%C3%A9gyptienne_et_ses_variantes, page consultée le 19/09/2019